Quel avenir pour Air France ?

Incidents , compagnies , constructeurs , voyages , vos questions ...

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 28 Juil 2018 12:24

AF cargo ( en état de faillite) va louer 2 777 F en wetlease (PEQ qatari) à QR pour faire la jointure durant les 2 mois de check C de son unique 777 ^^ C'est pas comme si Martinair n'était pas une filiale d'AF-KLM :mrgreen: :ugeek: Ca fait tousser les hollandais, à juste titre ...
Image
Dernière édition par Pilotix le 02 Août 2018 13:32, édité 1 fois au total.
Pilotix
 
Messages: 2858
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

...
 

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Berurix » 01 Août 2018 21:05

La compagnie Air France peut-elle disparaître ?

Par Le Figaro Mis à jour le 01/08/2018 à 11:32 Publié le 01/08/2018 à 11:29

17139 votants

86% Oui
14% Non


http://www.lefigaro.fr/societes/2018/08 ... raitre.php
"On ne ment jamais autant qu'avant les élections, pendant la guerre et après la chasse." Georges Clemenceau
Avatar du Gaulois
Berurix
 
Messages: 2268
Inscrit le: 31 Mai 2011 00:33

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AFox » 02 Août 2018 10:58

Rien à voir avec AF, sauf l'indisponibilité d'une source accessoire d'information sur leur devenir. Voici le message qui me revient lorsque je tente une connexion à "crash aerien":

"It works!

This is the server's temporary default web page.
The web server software is running but no content has been added yet
."

Est-ce pareil pour vous ? Que leur est-il arrivé ?
AFox
 
Messages: 801
Inscrit le: 22 Oct 2015 16:54

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 02 Août 2018 11:43

Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 621
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 02 Août 2018 13:17

Petit reportage sympa sur AF hier soir.

Sans KLM c'est la faillite assurée et il paraitrait que les bataves veulent se barrer de cette fusion qui ne leur amène que des emmerdes !!! Tu m'étonnes Watson !

La petite grève de ce printemps a couté la bagatelle de 335 millions d'euros et faute de personnels disponibles, des dizaines de vols sont annulés depuis quelques semaines. Quand on pense qu'il faudrait dégraisser de 50%, cherchez l'erreur.

Allez, tic tac, tic tac ...
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1460
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 02 Août 2018 13:23

AFox a écrit:Rien à voir avec AF, sauf l'indisponibilité d'une source accessoire d'information sur leur devenir. Voici le message qui me revient lorsque je tente une connexion à "crash aerien":

"It works!

This is the server's temporary default web page.
The web server software is running but no content has been added yet
."

Est-ce pareil pour vous ? Que leur est-il arrivé ?


il te manque tant que ca ce site de blaireaux ??!!! t as peur de l avion et tu dois aller a rodez avec hop `^ tu es un vrai clown ... sinon content d imaginer le Jacques Perret en PLS après le crash du mexico ! il manqueait plus qu' un AF se plante pour lui ruiner ses vacances , haha
Dernière édition par Pilotix le 02 Août 2018 13:26, édité 1 fois au total.
Pilotix
 
Messages: 2858
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 02 Août 2018 13:26

crew007 a écrit:Petit reportage sympa sur AF hier soir.

Sans KLM c'est la faillite assurée et il paraitrait que les bataves veulent se barrer de cette fusion qui ne leur amène que des emmerdes !!! Tu m'étonnes Watson !

La petite grève de ce printemps a couté la bagatelle de 335 millions d'euros et faute de personnels disponibles, des dizaines de vols sont annulés depuis quelques semaines. Quand on pense qu'il faudrait dégraisser de 50%, cherchez l'erreur.

Allez, tic tac, tic tac ...


Image
Pilotix
 
Messages: 2858
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 08 Août 2018 16:34

Le numéro 2 d'Air Canada pressenti pour prendre la direction d'Air France-KLM

Le numéro deux de la compagnie aérienne Air Canada, Benjamin Smith, a été choisi par le comité de nomination d'Air France-KLM pour succéder à Jean-Marc Janaillac à la tête du groupe franco-néerlandais, indique Le Monde mercredi, citant "plusieurs sources".

Le comité de nomination du conseil d'administration d'Air France-KLM a, selon le quotidien, étendu sa recherche à des profils internationaux sur l'insistance de l'américain Delta et du chinois China Eastern, qui figurent parmi ses actionnaires. "Un tabou jusqu'à présent pour le groupe" qui privilégiait des dirigeants français, note le journal du soir.

Benjamin (surnommé Ben) Smith deviendrait directeur général d'Air France-KLM, qui se doterait d'un président non-exécutif, affirme Le Monde.

Dans un tweet daté de mardi, Philippe Evain, le président du Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL, principal syndicat chez les pilotes) d'Air France, avait cité le nom de Smith, montrant sa désapprobation.

Philippe Evain
@evainphil
Au sujet de la gouv d'AFKLM, il semble que DELTA et KLM pèsent de plus en plus. Donner suite à une solution (ben Smith) dont le seul avantage serait le maintien des personnes qui ont échouées serait une grave erreur. D'autres solutions à portée de nous existent! AF le mérite...
19:41 - 7 août 2018


"Le processus de nomination de la nouvelle gouvernance d'Air France-KLM est en cours et se poursuit. Aucune décision n'est prise", a de son côté indiqué la direction à l'AFP.

Ben Smith est responsable des transports aériens et chef de l'exploitation chez Air Canada. "Il assume la responsabilité générale de l'ensemble des fonctions liées au service à la clientèle, aux affaires commerciales et à l'exploitation d'Air Canada dans le monde entier", et est responsable de la stratégie marketing et de "son rendement opérationnel et financier", selon le site de la compagnie canadienne.

Employé de la compagnie depuis 2002, il y est aussi décrit comme "le visionnaire de l'expansion stratégique et diversifiée du réseau mondial d'Air Canada à plus de 200 destinations sur six continents, avec un parc aérien comprenant plus de 350 appareils". Il a aussi lancé la filiale à bas coûts Air Canada Rouge.

"En outre, Ben a été le négociateur principal au cours des négociations collectives du transporteur avec les deux syndicats représentant les pilotes et les agents de bord, négociations qui ont mené à la conclusion d'accords historiques de dix ans", relève le site d'Air Canada.

Jean-Marc Janaillac avait démissionné le 4 mai à la suite d'une consultation du personnel sur un accord salarial, rejeté à 55,44%. Il a été provisoirement remplacé par Anne-Marie Couderc, présidente non-exécutive de la compagnie qui dirige aussi le comité de nomination.

Le nombre de passagers transportés par Air France-KLM a été en hausse de 1,7% en juillet mais son offre en nombre de sièges a été moins importante que prévu en raison de problèmes de formation des pilotes liés aux grèves, a annoncé le groupe mercredi.

Air France, la compagnie de liaisons intérieures Hop!, KLM et la low cost Transavia ont transporté en juillet 9,8 millions de passagers, soit 1,7% de plus par rapport au même mois il y a un an.

La région Amérique latine affiche sur le long-courrier la plus forte progression avec 5,5% de passagers en plus, pour une capacité en siège-kilomètre offert (SKO) en hausse de 7%, selon un communiqué du groupe.

De son côté, Transavia a transporté 1,7 million de passagers (+2,7%) pour une capacité en SKO en hausse de 5,1%. Air France et Hop! ont affiché 5 millions de passagers (+2%) tandis que la néerlandaise KLM en a compté 3,1 millions (+0,7%).

Globalement, la capacité du groupe en nombre de sièges offerts a augmenté de 1,4% par rapport à il y a un an. Mais elle est inférieure de 1,1% par rapport aux prévisions, "principalement en raison d'irrégularités temporaires de planification" depuis le mois de juin "liées aux retards de formations (des) pilotes consécutifs aux grèves" du printemps chez Air France, selon le communiqué.

Pour "mobiliser le plus de ressources (en) pilotes possible sur le maintien des opérations", certaines formations ont été décalées pendant la période de grèves, a expliqué la compagnie.

Elle évoque comme autres facteurs un "mouvement de grève des personnels de la maintenance et l'immobilisation d'un Boeing 787 pendant un mois qui a retardé le plan de formation sur cet avion et contraint la compagnie en termes de ressources pilotes jusqu'en septembre".

Enfin, des événements météo particulièrement violents comme des orages ont conduit à des annulations, et les grèves des contrôleurs aériens de la région sud-est ont également perturbé le trafic, selon la compagnie.

Air France "a assuré près de 98% de ses vols long-courriers" en juin et juillet et "99,2% de ses vols moyen-courriers en flotte Airbus sur cette même période".

Lundi, l'intersyndicale d'Air France avait dénoncé une "posture totalement mensongère" de la direction de la compagnie qui avait, lors de la présentation des résultats du groupe il y a une semaine, attribué aux conséquences de la grève des annulations de vols plus importantes que d'habitude.

Le trafic cargo est en progression de 4,6% en tonne kilomètre transportée (TKT) pour une capacité en tonne kilomètre offerte (TKO) en hausse de 1,7%.


https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 87303.html
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 621
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 08 Août 2018 17:27

Pauvre Ben !!! Dans 6 mois, il est en full burn out syndical... :lol:
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1460
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 09 Août 2018 12:19

Air France-KLM : les pilotes défient le conseil d'administration

Alors que le numéro deux d'Air Canada pourrait être proposé comme directeur général du groupe, les syndicats s'opposent déjà à cette candidature.

Les pilotes d'Air France auront-ils la peau du nouveau postulant à la tête d'Air France-KLM ? Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) d'Air France a décidé de défier le comité de nomination réclamant «un traitement impartial». Majoritaire chez les pilotes, l'organisation syndicale s'oppose fermement à la candidature de Benjamin Smith, numéro deux d'Air Canada, pressenti pour prendre les rênes du groupe. Selon Le Monde, ce professionnel du transport aérien pourrait devenir directeur général d'Air France-KLM, aux côtés d'un président non exécutif. Ce poste est actuellement assuré par intérim par Anne-Marie Couderc, également présidente du comité de nomination.

Depuis mai, le comité peine à trouver un remplaçant à Jean-Marc Janaillac, qui a démissionné à la suite de son référendum perdu après le vote négatif des salariés d'Air France. La mise en place de la nouvelle gouvernance est attendue pour septembre. Mais plus le temps passe, plus l'échéance paraît difficile à tenir. Ce mercredi, le SNPL Air France a dénoncé «un entre-soi» dans le choix du futur patron, desservant les intérêts du groupe. Dans un communiqué, il estime qu'«Air France mérite mieux que cette tambouille mijotée par un comité de nomination dont l'unique objectif est de se préserver».

Philippe Evain, président du bureau SNPL Air France, accuse le comité des nominations d'être juge et partie. «Il est probable qu'Anne-Marie Couderc se verrait bien rester. Il y a des candidatures bien plus à même pour mener les changements nécessaires, qui piétinent, affirme le syndicaliste. Elles font peur aux personnes en place, qui pourraient se voir menacées de partir.» Philippe Evain en appelle à Emmanuel Macron, pressant le président de la République à intervenir pour «imposer un processus de nomination plus objectif».

Pour justifier sa prise de position, le syndicat se dit soucieux de l'avenir de la compagnie. Il est pourtant le moteur des grèves du printemps, qui ont plongé les comptes d'Air France-KLM dans le rouge: au premier semestre, le groupe a perdu 159 millions d'euros alors qu'il avait dégagé un bénéfice de 450 millions d'euros sur les six premiers mois de 2017. La facture pourrait s'alourdir si les menaces de grèves pour septembre étaient mises à exécution. Le SNPL, qui mène l'intersyndicale, place en fait Air France dans une situation intenable: l'affaiblir en multipliant les arrêts de travail pour obtenir des augmentations de salaires qui fragiliseraient sa situation financière.

Le 13 juillet, la direction d'Air France-KLM avait prévenu les salariés que «le conseil d'administration fin juin avait demandé au comité de nomination d'élargir la liste des candidats examinés, en y ajoutant des profils internationaux venant du monde aérien». Malgré l'opposition des pilotes, Benjamin Smith pourrait-il être l'homme de la situation? Anglophone, il travaille chez Air Canada depuis 2002. Siégeant au comité exécutif depuis 2007, il est notamment à l'origine du lancement de la filiale low-cost, Air Canada Rouge.

Benjamin Smith sait aussi visiblement parler aux syndicats. Comme le précise Air Canada sur son site, il a été «le négociateur principal au cours des négociations collectives du transporteur avec les deux syndicats représentant les pilotes et les agents de bord, négociations qui ont mené à la conclusion d'accords historiques de dix ans».

«Aucune décision n'est prise, indique la direction du groupe franco-néerlandais. Le processus de nomination de la nouvelle gouvernance d'Air France-KLM est en cours et se poursuit.» Avant Benjamin Smith, la candidature de Philippe Capron, alors directeur financier de Veolia, proposée par le comité des nominations le 20 juin, avait été retoquée par l'État, actionnaire à 14 % d'Air France-KLM. Le nom de Catherine Guillouard, dirigeante de la RATP, avait alors été évoqué. Mais elle n'avait pas participé au processus de sélection.


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... ce-klm.php
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 621
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar crew007 » 09 Août 2018 12:35

Ben voilà, ça commence !

Les nuisibles à l'oeuvre comme d'habitude, comme toujours.

Il n'y aura aucune solution possible pour AF sans avoir au préalable réglé le cancer syndical de la compagnie. Tout le monde le sait mais personne n'est en mesure d'y remédier. Dans ces conditions, la seule option est la disparition pure et simple de la boite mais faut pas rêver, toutes ces ordures savent que c'est pratiquement impossible dans un pays tel que la France d'aujourd'hui.
Avatar du Gaulois
crew007
 
Messages: 1460
Inscrit le: 28 Mai 2011 17:10

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 09 Août 2018 17:31

Ce clown d evain va sauter, il est contesté de partout par les moins bornés des aigles qui n en peuvent plus de ses conneries ...
Image

Image
Pilotix
 
Messages: 2858
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 10 Août 2018 09:20

Air France : Thierry Antinori, un possible PDG déjà "chouchou" des salariés

Un nom chasse l'autre, chez Air France-KLM : alors que le nom de Benjamin Smith, Directeur des opérations d'Air Canada, est cité comme possible futur PDG du groupe AF/KLM, celui de Thierry Antinori, actuel second d'Emirates aurait les faveurs des salariés et d'une partie du comité des nominations. Pour l'heure, l'intéressé n'a ni confirmé, ni infirmé sa candidature. Seule certitude, les 2,5 millions d'euros de salaire annuel lui conviendraient mieux que les émoluments précédents plafonnés à 1,2 million d'euros.

Chez Delta, partenaire d'Air France et actionnaire à hauteur de 8,5%, on ne décolère pas face aux incertitudes permanentes entretenues par l'actuelle direction collégiale d'Air France.
Un sentiment partagé par le patron des pilotes qui affirme sur RTL qu'un "grand ménage doit être fait au sein des dirigeants actuels"… On serait tenté de lui retourner le compliment. Beaucoup de navigants souhaitent également le voir quitter son poste de Président du SNPL.
Mais il reste que la nomination s'éternise alors que Delta veut aller vite. Pas question d'attaquer la rentrée sans qu'une solution pérenne soit trouvée aux conflits sociaux. Cette vaste plaisanterie (triste il est vrai) doit déboucher sur du concret car ne l'oublions pas, la bataille des salaires n'est pas terminée et les menaces de grève dès le 10 septembre prochain planent toujours.

Face à toutes ces questions, Thierry Antinori fait figure de "sauveur potentiel". Sa première qualité : avoir donné du souffle à Emirates derrière un patron emblématique, Tim Clark. Cet héritier potentiel du numéro 1 de la compagnie de Dubaï n'a pas fait dans la dentelle. Amélioration opérationnelle, maîtrise des coûts, refonte de la politique des prix, adaptation du programme de vol. Emirates lui doit un rapide retour aux bénéfices après une année 2016 en demi-teinte. Sa capacité à améliorer le chiffre d'affaires de 8% (au 31 mars 2018) lui donne une légitimité naturelle. Mieux encore, pour avoir débuté chez Air France, il sait à quel point le "social français" est complexe. De son passage chez Lufthansa, il garde également ce qu'il appelle "la rigueur du quotidien". Expression qu'il utilisait à l'ITB Berlin pour définir l'avenir de la compagnie allemande.

A 57 ans, Thierry Antinori fait donc l'unanimité en sa faveur. Pour celui qui se présentait, il y a quelques années, dans le Figaro comme "Français, d'origine italienne, travaillant pour une firme allemande", le monde ne se limite pas à l'Hexagone. "Regarder loin avec toujours un coup d'avance", voilà ce qu'il a retenu de l'ESSEC puis de son premier job au sein de Chatelier Conseils. Et sa méthode est simple : écouter, comprendre puis décider. Non pas en fonction d'intérêts partisans mais de ceux de l'entreprise. En privé, il ne cache pas son interrogation quant au poids des pilotes dans les décisions de la compagnie et pourrait bien chercher à remettre à plat toutes ces contraintes qui freinent le développement de Joon ou Transavia. Bref, il n'a pas peur de la castagne. "Il pourrait conduire l'entreprise à un point de rupture nécessaire à la reconquête des marchés et au maintien même du transporteur français", évoque l'un de ses compagnons de route chez Emirates. Bref, un peu comme l'avait fait Christian Blanc entre 93 et 97.

Mais au-delà de cette bataille interne, c'est le regard des acheteurs qu'il faudra reconquérir. La première vague lancée depuis l'été - qui consistait à proposer des compensations financières aux grandes entreprises - ne suffira pas à rétablir la confiance. Pas plus le programme de fidélisation qui, malgré une nette amélioration au printemps 2018, ne séduit qu'à moitié les voyageurs d'affaires.

Bref, aujourd'hui le TSAF (Tout Sauf Air France) a ses adeptes dans les entreprises et la montée en puissance des outils de fidélisation des concurrents séduit. British ou Lufthansa développent de nouveaux projets en ce sens pour 2019.
On dit depuis plusieurs mois qu'il y a le feu au lac mais sans une reprise en main rapide de la relation commerciale ternie par les grèves des pilotes… Air France s'engagerait dans une lente agonie dont l'issue ne dépendrait plus de l'État, actuelle vache à lait morale des syndicats.

On le sait, on ne prête qu'aux riches. Thierry Antinori n'a pas été désigné et il n'est pas sûr qu'il soit candidat ou qu'il accepte. Il faudra donc attendre que s'effacent les hésitations du comité de nomination et de gouvernance. Une situation ubuesque qui nuit à l'image de la compagnie et à son développement. Mais le paradoxe français n'a peut-être pas livré toutes ses limites. Le pire est peut-être devant.
Marcel Lévy


https://www.deplacementspros.com/Air-Fr ... 49623.html
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 621
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar Pilotix » 10 Août 2018 11:31

evain est mort, c'est une certitude ! mais il a qd meme ete elu ce clown...ils tournent facilement casaques ces aigles.
Image

sinon Antinori pkoi pas, ça va accélerer le siglage des coques : Emirates by AF ^^
Et personne ne parle de l'avis de delta ni celui des chinois...
Pilotix
 
Messages: 2858
Inscrit le: 08 Sep 2014 11:18

Re: Quel avenir pour Air France ?

Message non lupar AL40 » 12 Août 2018 18:01

Le maître chanteur repart à l'assaut !

Le futur PDG d'Air France-KLM devra reprendre la négociation avortée sur les salaires «ou alors il y aura quinze jours de grève», prévient Philippe Evain, président du premier syndicat de pilotes de la compagnie aérienne française, dans une interview au Parisien dimanche.

Sans patron depuis le départ de Jean-Marc Janaillac début mai, Air-France-KLM a décidé de tripler la rémunération de son futur PDG pour attirer les candidats, au risque de jeter de l'huile sur le feu après l'échec des négociations salariales et les grèves à répétition du printemps.

Cet avertissement clair du SNPL fait écho à celui de l'intersyndicale d'Air France, dont les dix organisations ont annoncé fin juillet qu'"avec ou sans PDG, dès le mois de septembre (...) le conflit pour les salaires reprendra et seul un accord pourra y mettre fin".

Un regain de tension estivale lié aux atermoiements dans la désignation du successeur de M. Janaillac. En juin, la nomination de Philippe Capron, énarque et directeur financier de Veolia, a tourné au fiasco après avoir été éventée dans la presse. Cette semaine, des fuites similaires ont révélé que le numéro deux d'Air Canada, Benjamin Smith, était pressenti à la tête du groupe franco-néerlandais. Une hypothèse que M. Evain a qualifié sur Twitter de "grave erreur".

"Nous sommes inquiets. Nous pensons qu'il faut un dirigeant connaissant les spécificités du dialogue social français", a-t-il expliqué au Parisien, affirmant que "deux ou trois talents, des industriels, qui connaissent le marché européen, sont écartés sans aucune raison objective".

«Des Français ayant un parcours international répondent à ce profil», affirme pour sa part Paul Farges, représentant des pilotes actionnaires au conseil d'administration d'Air France-KLM, dans une tribune publiée par le Journal du dimanche.

Les salariés détiennent 3,9% des actions de la société, loin derrière l'Etat français (14,3%) et les compagnies Delta Airlines et China Eastern, entrées l'an dernier au capital à hauteur de 8,8% chacune.
Pour M. Farges, le choix du canadien Benjamin Smith reviendrait à "placer Air France sous influence nord-américaine" et serait le signe que Paris "aurait renoncé à sa souveraineté aérienne".


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/0 ... laires.php
Avatar du Gaulois
AL40
 
Messages: 621
Inscrit le: 30 Mai 2011 23:21

...
 
PrécédentSuivant

Retour vers L'actualité aérienne

Quel Gaulois est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant PDG : Aucun Gaulois inscrit et 39 futurs Gaulois invités

  • Annonces Google
  • -->
    -->